mercredi 15 juin 2016

Anticosti: le gouvernement dit OUI à la fracturation hydraulique :

En même temps que se déroulait un Colloque à Montpellier destinés aux élus (députés, maires, etc.), ici au Québec le comité de trois proches du MDDELCC a complété et publié aujourd'hui même son rapport pour l'octroi de permis ("autorisations") de forage à Anticosti. Le gouvernement donne même d'avance (les forages ne sont pas encore réalisés...) l'autorisation de faire de la fracturation. L'étape prévue de demande d'autorisation de "complétion" (= fracturation) est ainsi combinée avec celle du permis de forage: un spécial deux pour un ! J'avais écris le 1er mars dernier que ces autorisations seraient accordées; cela se fait deux mois plus tard que la date prévue, mais on accorde tout d'un bloc maintenant, même pour les opérations "de complétion" qui ne se dérouleront qu'à l'été 2017.

On permet la fracturation au Québec sans tenir aucunement compte de l'acceptabilité sociale, de l'environnement, ni même de l'économie déficitaire de l'aventure, et pire, même pas de la géologie qui sera recoupée par ces forages horizontaux. Les trois experts écrivent en effet, avant même la réalisation des forages aux trois emplacements, que "les risques de contamination des eaux souterraines étaient rendus minimes par le fait de la présence de couches géologiques imperméables entre le niveau de fracturation et la surface, ainsi que par l’absence de fractures ou de failles majeures qui permettraient l’ascension non voulue de fluides contaminants" à chacun de ces trois sites.


Voici un exemple de ce que pourrait peut-être montrer la coupe géologique d'un forage, si au moins on attendait qu'il soit réalisé avant de donner un OK pour la fracturation: 

Pas moins de sept failles sont indiquées dans le rapport de forage pour la portion horizontale du forage Talisman Leclercville 1AHZ


Ce n'est pas du tout pertinent et certainement pas scientifique de faire ce type d'affirmation (texte cité en italiques au paragraphe précédent) quant à l'absence de fractures ou de failles sur trois sites pas encore forés.

Quant à " la présence de couches géologiques imperméables entre le niveau de fracturation et la surface", c'est tout simplement faux. La nature des couches qui sont au-dessus du shale Macasty contredit cette affirmation. Ces strates sont souvent fracturées et perméables. Le rapport rédigé pour l'ÉES Anticosti par la firme WSP décrit d’ailleurs ces strates de couverture comme n’étant pas étanches, la seule couche étanche dans la séquence stratigraphique étant le shale de Macasty lui-même : « la couche de couverture, c’est-à-dire imperméable à la migration du CO2, est le Macasty (Bédard et al., 2011), soit la même couche visée par les opérations de fracturation » (rapport AENV17 p.37). Si on considère qu’on fera la fracturation dans le Macasty, il est faux de prétendre qu’il restera ensuite des barrières imperméables vers la surface. Ces affirmations du trio d'experts sont très peu scientifiques.

Le MDDELCC a autorisé d'un coup aujourd'hui pour les trois sites:

- la réalisation des trois forages avec leur fracturation subséquente, sans même attendre de voir les rapports de forage,

- les prélèvements d'eau dans les petites rivières adjacentes (Ste-Marie, Jupiter, Rivière-au-Fusil, Ruisseau Jean IV), 

- le traitement des eaux usées par un sous-traitant. Sont caviardés le nom du sous-traitant, le type de procédé, les quantités liquides, solides, etc. Tous les noms des auteurs des études et documents sont masqués.

- le torchage du gaz, pompeusement appelé "Système de traitement des émissions atmosphériques". Là aussi sont caviardés toutes les indications quantitatives, les types d'équipement, leurs dimensions et capacités, les noms des auteurs de tous les documents mentionnés, etc.

Le rapport des trois experts a cependant ajouté quelques timides constats; on pourrait même ajouter bien timides constats, car cela ne les a pas empêchés de prononcer un avis favorable:


- À propos du fait que les études hydrogéologiques* soient celles de Pétrolia, "le comité suggère que la direction spécialisée du MDDELCC formule son propre avis ou entérine formellement (??) celui de son consultant externe (le consultant de Pétrolia)."

- "Aucun plan de remise en état du terrain et des voies d’accès (LDPEGP section 3.2.12) n’a été déposé, ni d’engagement quant à la restauration du site à la fin des travaux"

- "... programme de détection et de réparation des fuites gazeuses et liquides sur le site. Aucun document ou renseignement précis à ce sujet n’a été retrouvé dans la documentation soumise par le promoteur bien que le Ministère l’ait demandé de façon spécifique"

- "le Plan des mesures d’urgence demandé par les lignes directrices (LDPEGP section 3.2.9) n’a pas été déposé".

Le MDDELCC encore une fois ne respecte pas ses propres règlements; c'est sans compter les multiples tentatives de masquer ces faits par des délais, des documents gardés secrets, les noms des auteurs caviardés, tout comme les estimés chiffrés des volumes de fluide, de gaz brulé, etc. C'est de la très évidente incompétence dans des prises de décisions successives toutes improvisées et irréfléchies. On va créer trois sites contaminés et inutiles car l'information qu'on prétend chercher ne changera pas une évaluation qu'on a déjà: le shale Macasty d'Anticosti n'est pas et ne sera jamais économiquement exploitable.

________________________________________
* De plus ces études sont gardées secrètes: impossible de vérifier ce qu'elles contiennent.




4 commentaires:

  1. Bonjour Monsieur Durand,

    Je vous suis depuis longtemps et je crois que vous avez un aperçu beaucoup plus scientifique et élaboré que la majorité des gens aujourd'hui au sujet de la fracturation hydraulique (encore plus sur Anticosti). Ma question est la suivante : quelle est la prochaine étape pour logiquement empêcher ces travaux? Je ne peux pas concevoir que ces travaux vont avoir lieu, car le gouvernement ne semble pas avoir respecté des plusieurs règlements administratifs ainsi que des lois sur l'environnement.

    Merci beaucoup et au plaisir.

    Philippe Jolicoeur

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Merci beaucoup pour votre réponse Monsieur Durand. J'ai confiance qu'un cul du sac s'en vient, car il n'y rien à comprendre dans cette aventure!

      Bonne fin de journée!

      Philippe Jolicoeur

      Effacer
    2. Monsieur Jolicoeur, merci de votre appréciation. Depuis le début, le MDDELCC agit à sa tête sans aucunement tenir compte des opinions qui diffèrent de celles de ses "experts" internes. Comme ceux-ci sont alimentés essentiellement par le lobby industriel, la position du gouvernement a été depuis le début ~celle de l'industrie. Cela a culminé avec la création d'hydrocarbures Anticosti S.E.C où la grosse part des dépenses risquées d'exploration se font avec l'argent des contribuables.

      Il n'y a qu'au niveau au-dessus qu'on peut agir je pense bien, i.e. au niveau des politiciens. Ceux-ci sont TRÈS sensibles à l'opinion publique; donc en conclusion, diffusez largement mes textes et plus de gens les comprendront, plus le cul-de-sac financier à Anticosti sera connu et mis en lumière. Le gouvernement devra reculer et désavouer les fonctionnaires qui ont produit plein de rapports bidons (et/ou biaisés) à l'ÉES.

      Effacer
  2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreEffacer

Vos questions et vos commentaires sont bienvenus.